« Si je ne peux pas danser, ce n'est pas ma révolution »
(Emma Goldman)


mardi 5 avril 2011

La campagne « MORATOIRE D’UNE GÉNÉRATION » va de l'avant




Toujours pas de moratoire sur les gaz de schiste

La campagne Moratoire d’une génération voit dans les conclusions du Bureau d'audience publique en environnement (BAPE) et l'annonce gouvernementale d'aujourd'hui, des gains tangibles du rapport de force citoyen qui continue de forcer l'industrie et le gouvernement du Québec à réduire l'ardeur et l'ampleur de leurs ambitions.

Depuis que le gouvernement du Québec a autorisé, en catimini il y a quelques mois, le développement de la filière des gaz de schiste, nous avons vu les premières dénonciations citoyennes, suivies d'interventions défensives du gouvernement sur le sujet, puis la mise en place des premières consultations du BAPE, suivies de l'annonce par le ministre Arcand aujourd'hui d'un plafonnement des forages, tant qu'une évaluation environnementale stratégique n'aura pas été complétée. La pression citoyenne a porté.Sauf que cette évaluation environnementale stratégique ne s'accompagne ni de l'arrêt des forages en cours, ni de l'arrêt de nouvelles fracturations hydrauliques dans 13 des 31 puits non encore fracturés. Le gouvernement n'accorde donc pas un moratoire immédiat, encore moins un moratoire d'une génération.

Par conséquent, la campagne pour le Moratoire d'une génération estime devoir poursuivre sa mobilisation, tant que sa demande d'un arrêt complet et pour 20 ans de toute activité de fracturation hydraulique n'aura pas été satisfaite. La campagne n'abandonne pas son objectif de laisser à la génération future le soin de décider ou non du développement de cette filière.
«   Faut-il vraiment une évaluation environnementale stratégique pour démontrer que le Québec n'a pas besoin de développer l'énergie sale des gaz de shale?   », demande Marie-Ève Leduc, porte-parole de la campagne Moratoire d'une génération. «   Le Québec, ajoute-t-elle, n'a pas besoin d'une nouvelle étude pour prouver que les puissants gaz à effet de serre issus de cette filière d'énergie fossile auront un impact néfaste sur la qualité de vie de nos enfants et des enfants de nos enfants. C'est pourquoi, à moins d'une nouvelle annonce, nous entendons aller de l'avant avec notre projet de Marche citoyenne entre Rimouski et Montréal, le printemps prochain. »

À défaut d'accorder ce moratoire avant mai 2011, l'industrie et le gouvernement s'exposent :

1. à la signature d'un Pacte de protection du territoire;
2. à une grande Marche citoyenne de 600 km entre Rimouski et Montréal;
3. à des actes de résistance citoyenne visant à entraver les puits de gaz de schiste et leurs activités afférentes (y compris le fonctionnement normal des sièges sociaux d'entreprises et groupes financiers impliqués).

Une tournée de formation à l'action nonviolente et à la résistance créative, animée par des spécialistes reconnus de telles techniques, précédera la phase d'action directe de cette campagne.

Camp de formation à l’action citoyenne 15-16-17 avril 2011

vendredi, 15 avril, 18 à 21h *soirée gratuite
samedi, 16 avril, 9 à 17h
dimanche, 17 avril, 9 à 16h

Cette formation couvrira les enjeux des gaz de schiste, des énergies sales et fossiles, des énergies vertes et alternatives propres, ainsi qu'un contenu tactique et stratégique sur l'action directe nonviolente et la résistance citoyenne.

Réservez votre place : mdg.centreduquebec@gmail.com
12 600 Boul. Bécancour, Bécancour
(secteur Ste-Angèle-de-Laval)

Coût (Prohibitif? NDLR): 40$ par personne pour la fin de semaine

Contact
info@MoratoireDuneGeneration.ca
www.facebook.com/moratoiredunegeneration
www.twitter.com/unegeneration

P.S.

Tint(A)nar! sera de la partie de manière autonome, autogérée, libre et gratuite, hé!hé!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire